Roumanie

Vol Nice Bucarest

Pour un city trip en Roumanie

Bucarest, cap à l'Est

En avion, Nice Bucarest, c’est un petit peu moins de 2h30 de vol. Ce n’est finalement pas grand-chose au regard de ce qui vous attend à votre arrivée : plus d’un siècle d’histoire matérialisée sous vos yeux. Car la plus latine des villes de l’Est vous raconte à travers ses rues et ses façades des temps révolus : celle, glorieuse, d’une Belle époque qui a fait d’elle le « petit Paris des Balkans » et celle, tourmentée, de l’ère communiste et de ses leaders mégalomanes. Mais rassurez-vous : un vol direct Nice Bucarest n’offre pas qu’une leçon d’histoire. Débordante de vie et d’envies, la capitale roumaine vous offre aussi un quotidien aussi dépaysant que séduisant.

  • devise

    Leu

  • langue

    Roumain

Températures

Idéal Pour

  • En couple
  • Entre ami(e)s
  • Fête
  • Ville
Université Bucarest
Bucarest
Intérieur Eglise Bucarest
  • Informations utiles pour votre voyage à Bucarest

    Voir plus Voir moins

    Tarom, Wizz Air et Blue Air : Nice Bucarest est opéré par trois compagnies différentes. Alors, assurez-vous de décrocher votre Nice Bucarest en vol direct au juste prix en comparant leurs offres avec MisterFly, notre partenaire. Vous y trouverez tous les vols Nice Bucarest, low cost compris, en réservation immédiate, sans frais de dossier. Mieux : si vous le souhaitez, vous pourrez payer votre billet d’avion Nice Bucarest en plusieurs mensualités.

    Les formalités pour se rendre à Bucarest

    • Formalités d’entrée : La Roumanie ne faisant pas partie de l’Espace Schengen, il faudra présenter obligatoirement votre passeport ou une carte d’identité en cours de validité aux Douanes, lors de votre arrivée sur l’aéroport de Bucarest.
    • Devises : Les Roumains paient en leu. Il faut environ 5 leus pour faire un euro. Besoin d’un peu d’espèces avant d’arriver à Bucarest ? Pensez à faire un crochet par le comptoir d’Interchange, au Terminal 1, avant de rejoindre les salles d’embarquement.

    Votre vol Nice Bucarest sans escale

    Dis-moi quelle compagnie tu fréquentes et je te dirai où aller ! Le vol Nice Bucarest de Blue Air décolle du Terminal 1. Avec Tarom, Nice Bucarest vous attend au Terminal 2. De même que le vol Nice Bucarest de Wizz Air.

    Un bagage à mettre en soute ? Vous n’avez pas encore procéder à votre enregistrement ? Rendez-vous sur l’aéroport au moins une heure et quart avant votre départ. Dans les autres cas, prévoyez tout de même une bonne heure de délai.

    Aéroport de départAéroport Nice Côte d’Azur
    Terminal de départ Terminal 1 pour Blue Air et Terminal 2 pour Tarom et Wizz Air
    Aéroport d’arrivéeAéroport de Bucarest- Henri-Coandă

    Votre arrivée à l'aéroport de Bucarest

    Vous atterrirez à l’aéroport de Bucarest-Henri-Coandă. Situé sur la commune d’Otopeni, il est à moins d’une vingtaine de kilomètres du centre-ville. Il y est relié par :

    • Le bus. La ligne RATP 783 vous dépose au cœur-même de Bucarest. Elle fonctionne 24h/24 à raison d’un départ toutes les 15 minutes en journée et toutes les 40 minutes la nuit. Il faut compter entre 30 et 90 minutes de trajet selon le jour et l’heure de votre transfert. Une seconde ligne, la 780, rejoint, elle, la Gare du Nord.
    • Le train. Un mini-bus vous attend depuis la zone des arrivées internationales pour vous déposer à la gare d’Otopeni. De là, l’Henri Coandă Express vous mènera jusqu’à la Gare du Nord en un peu moins d’une heure. Pour rejoindre le centre-ville, il vous faudra prendre le métro ou le bus.
    • Le taxi. Les taxis officiels de l’aéroport vous attendent à la sortie du Hall Arrivée. Avec eux, une course jusqu’au centre-ville vaut de 5 à 12 euros environ selon l’heure et le jour. Comptez plus d’une demi-heure de route, quand ça roule bien !
    • La location de voiture. Avec sept loueurs différents, l’offre est variée et les tarifs compétitifs. Les comptoirs sont situés dans la galerie marchande reliant le Hall Arrivée au Hall Départ.

Que faire à
Bucarest ?

Bucarest ne jouit pas de la même renommée que les autres capitales d’Europe de l’Est. Elle a pourtant deux grands atouts à faire valoir pour les concurrencer : elle est moins chère que ses rivales et, dès lors qu’on prend le temps de la connaître, elle est tout aussi séduisante. C’est vrai : l’ère communiste et le diktat du couple Ceausescu en a terni quelque peu l’éclat, effaçant ici ou là quelques vestiges de son riche passé. Mais l’ancienne cité de Vlad l’Empaleur n’en a pas moins conservé cette belle allure qui la fit surnommer un jour le Petit Paris des Balkans. Et puis, quel dynamisme ! C’est simple, le Petit Paris by night est aussi festif que le grand !

Bucarest
  • Une ville qui gagne à être connue

    Voir plus Voir moins

    Bucarest ne roule peut-être pas sur l’or comme Berlin ou Copenhague, mais la belle Roumaine n’en est pas moins riche ! Riche d’une culture bien à elle qu’elle expose dans des musées, à l’abri de palais centenaires, ou dans des galeries avant-gardistes pleines d’ambitions et d’idées.
    Et c’est sans doute cela qui vous surprendra le plus si vous venez un jour, en couple ou entre amis, de ce côté-ci des Balkans : l’intensité de cette ville. Vous l’imaginez modeste, résignée, courant après le temps perdu ? C’est tout le contraire : elle avance à grands pas, elle est inventive et a le goût de la fête. Designers, créateurs, artistes pullulent à Lipscani, l’épicentre de la bohème locale, les bars insolites et les night-clubs branchés abondent et vous n’aurez pas assez d’un week-end pour faire le tour de ce petit monde bourré d’énergie.
    D’autant qu’une autre Bucarest réclame aussi votre attention : celle des rues pittoresques au charme suranné, celle des terrasses tranquilles et des parties d’échec à l’ombre d’un vieil arbre, celle des vieilles paysannes sur les marchés et des saveurs ancestrales des tables populaires. Un art de vivre qui nous rappellent que Bucarest est une latine.

  • Le top 10 des choses à faire à Bucarest

    Voir plus Voir moins
    • Allez voir le Palais du Parlement, ce colosse qui trône au cœur de Bucarest. Symbole de la mégalomanie des Ceaușescu, le couche tyrannique qui régna sur le pays dans les années 70 et 80, ce bâtiment de 1100 pièces est littéralement une « folie » !
    • Passez de la démesure du Parlement à la simplicité et l’authenticité du Musée du Village roumain, un musée en plein air qui, depuis 1936, a installé la campagne au cœur de la ville avec ses fermes, masures et moulins à vent.
    • Offrez-vous un moment d’exception dans l’une des meilleures salles de concert du monde : l’Athénée. Imaginé par Albert Galleron, un architecte français, il y a plus d’un siècle, ce temple néo-classique régale toujours les mélomanes de son acoustique parfaite.
    • Remontez la Calea Victoriei, l’Avenue de la Victoire, la plus belle de Bucarest, née avec la Belle Époque et l’indépendance du pays. Des palais d’autrefois, des musées, de petites églises et la Maison Capșa, l’un des plus vieux et des meilleurs restaurants de la ville.
    • Traînez dans le jardin Cişmigiu, près de l’Avenue de la Victoire. Avec ses 200 hectares et son lac où l’on balade en barque, c’est l’un des rendez-vous privilégiés des Bucarestois, des amoureux comme des vieux joueurs d’échecs.
    • Flânez dans les rues du quartier de Lipscani. C’est la mémoire de la ville avec ses bâtiments du XVIIIe, ces vieilles ruelles pavées et ses antiquaires, mais c’est tout autant son avenir avec ses galeries d’art, ses restaurants gourmands et ses bars branchés.
    • Saluez l’un des Roumains les plus (tristement) célèbres : Vlad III, dit l’Empaleur. Celui qui a inspiré le mythique comte de Dracula, a sa statue dans la Curtea Veche, la Vieille Cour princière, dans la vieille ville, non loin de la ravissante et minuscule église de Stavropoleos.
    • Choisissez la bonne place ! La Piata Universitatii, la Place de l’Université, est le fief des étudiants en lettres. La Piata Revoluției, la Place de la Révolution, est chargée d’histoire comme le rappelle le « mémorial de la renaissance ».
    • Goûtez à la cuisine roumaine et à ses spécialités comme la ciorba de burta (la soupe de tripes) ou les papanaşi, des beignets au fromage frais et à la confiture de griotte. Une adresse à retenir : Caru’ cu bere, la plus vieille brasserie de la ville. Kitsch et gourmande !
    • Voyagez jusqu’au bout de la nuit en profitant du Bucarest by night. Adresses underground et clubs survoltés (tel le Control, une institution !) font de Bucarest un véritable oiseau de nuit.

Vols réguliers Nice - Bucarest OTP

Nice → Bucarest OTP

à partir de 55

VOLS BLUE AIR AVIATION
3
Vols par semaine, De Avril à Octobre

Vols par jour :

  • lun 0
  • mar 1
  • mer 0
  • jeu 1
  • ven 0
  • sam 0
  • dim 1
VOLS TAROM
2
Vols par semaine, De Avril à Octobre

Vols par jour :

  • lun 0
  • mar 0
  • mer 0
  • jeu 1
  • ven 0
  • sam 0
  • dim 1
VOLS WIZZ AIR
3
Vols par semaine, De Avril à Octobre

Vols par jour :

  • lun 0
  • mar 1
  • mer 0
  • jeu 1
  • ven 0
  • sam 1
  • dim 0

Questions fréquemment posées

Destinations similaires